Rabi-Ribi

Rabi Ribi PS4

Dev : Crespirit
Edit : Sekai Project / PQube / Limited Run Games
Support : Steam/PS4/Vita
Genre : Metroid-Vania/Bullet Hell (Danmaku)
Loc : Textes Français

Note : Originalement sorti sur PC, le jeu a ensuite été porté sur console, distribué chez nous par PQube (LRG aux US), cette version contient tous les DLC de la version Steam.

Graph : +
Tout dépend de votre attirance pour un style rétro/pixel ultra coloré. Il est en tout cas plutôt bien réalisé, le charme marche immédiatement si on n’est pas allergique à ce genre de design. Je ne suis pas un spécialiste du rétro, donc je ne pourrais pas vous dire si c’est fidèle à un style d’époque, j’ai juste un peu l’impression que les sprites des personnages auraient pu être mieux, mais bon je ne sais pas l’aspect technique derrière. Sinon les dialogues sont en aspect style VN avec des artworks et on a régulièrement des CG après certains boss, bien que ces illustrations soit vraiment de qualité, il faut dire que le chara design est ultra attirant dans le style moe, mais on se rend compte que les personnages ont un peu le syndrome du tous le même visage (après vérification il s’agit bien du style du dessinateur qui faite ça « saiste »).

Rabi-Ribi_20181002212151

Gameplay : ++
Le jeu est donc un Metroid-Vania, pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, il s’agit bien sûr d’une référence aux vieux titres « Metroid » et « Castlevania », en gros des jeux de plateforme où l’exploration est libre (les différentes zones du jeu sont connectées entre elle), en explorant le jeu vous allez récupérer des objets, qui vont améliorer votre personnages, autant au niveau statistique que compétences/mouvements, ce qui va vous permettre d’avance plus facilement dans le jeu et accéder à de nouvelles zones et ainsi de suite, mais c’est vous qui choisissez où aller, quel bosse combattre etc. C’est cette originalité qui a fait que ces titres ont donné un nom à un genre de jeu.

Rabi-Ribi_20180924220951

J'ai vu suffisament de vidéo rétro pour savoir qu'il faut toujours verifier les angles.

Il est donc exactement comme décris ci-dessus, un jeu de plateforme 2D à l’ancienne, dans lequel vous explorer des zones, en ramassant des objets en route (beaucoup de secret caché partout), à la fin d’une zone il y a un boss, mais si vous n’avez pas envie ou le niveau pour le battre, rien de nous oblige à le faire, sauf si vraiment l’histoire vous demande de passer par là.

Rabi-Ribi_20180929190053

Au centre de ce monde se trouve une ville nommé Rabi-Ribi, c’est ici que les événements importants de l’histoire se dérouleront, donc vous serez souvent amener à y retourner (heureusement il y a des téléporteurs dans chaque zone), mais c’est surtout ici que se trouve un magasin vous permettant d’acheter des consommables pour vous soignez pendant les combats, mais aussi des améliorations pour les compétences que vous avez trouvées. L’argent s’obtient simplement en battant des ennemis en dehors de la ville.

Rabi-Ribi_20181006212754

Pour ce qui est de la partie action, vous vous reposez sur deux moyens de faire des dégâts, un Marteau Piko (bien qu’il est possible de finir le jeu sans objet à priori) et Ribi, la fée qui vous accompagne qui tire des projectiles façon shoot’em up. Les contrôles par défaut sont un peu particuliers, avec triangle pour faire des combos avec le marteau et carré pour les projectiles, j’ai voulu changer la configuration, mais c’est assez perturbant quand on débloque d’autres compétences plus tard, donc il vaut mieux rester sur les touches de bases. De nombreux mouvements se débloque au fil des objets qu’on ramasse, permettant de varier et d’étoffer les actions disponibles, si vous êtes frustrés de ne pas pouvoir faire une action, un objet vous le permettra certainement plus tard (double saut, rebond contre les murs, tirs de projectiles différents etc.).

Rabi-Ribi_20180923210149

Nous arrivons donc à la grosse originalité du jeu, les combats de boss, jusqu’à là c’est normal qu’il y en ait en fin de zone, mais les affrontements se font sous la forme de Bullet Hell (ou Danmaku pour les puristes) les ennemis vont vous balancer des salves inhumaines de projectiles colorés et il va falloir survivre et leur infliger des dégâts au milieu de tout ça. Ce qui peut être assez intimidant quand on n’a pas l’habitude des shoot’em up, encore moins des bullet hell, mais l’avantage c’est que ça reste un jeu de plateforme, donc vous avez beaucoup de PV et des objets pour vous soignez, ce n’est donc pas le game over au bout de 3 coups, ce qui fait que ces combats deviennent maitrisables, des qu’on commence à reconnaitre les paternes et avoir les bons reflexes.

Rabi-Ribi_20181014163948

"Mode Facile"...

Nous avons un vaste choix de mode de difficulté, si vous ne vous sentez pas trop novice dans l’âme, le mode normal est une bonne expérience de jeu, je n’ai pas eu trop de mal à finir les chapitres jusqu’à la fin normale dans ce mode, par contre les chapitres suivants de la bonne fin et du post game, ont commencé à devenir assez violent, j’ai donc baissé la difficulté mais après il était devenu impossible de perdre avec l’expérience que j’avais cumulé, donc pour avoir un minimum d’intérêt dans le jeu, vaut mieux rester le plus longtemps possible sur du mode normal. Après pour les joueurs hardcore, vous pourrez vous en donnez à cœur joie avec les modes supérieurs à difficile, les NG+ qui augmentent le niveau de base des ennemis, les trophées avec des défis de fou etc…

Musique : ++
Les musiques sont vraiment cool, elles collent vraiment bien à l’ambiance, c'est-à-dire colorée, énergique, des sonorités parfois rétro mais pas trop. Sans parler des thèmes de boss qui vous rendront fou, mais ça c’est une particularité des Bullet Hell. A noter que l’OST est offerte avec la version physique du jeu.

Durée : ++
La durée du jeu dépend de plusieurs paramètres propre au joueur, tout d’abords la difficulté bien sûr, en facile vous n’aurez pas trop besoin de vous prendre la tête, même dans le post game, contrairement au mode normal, qui vous demandera d’explorer un peu plus le jeu pour être bien équipé. Comptez facilement une vingtaine d’heure pour finir l’histoire de base, avec les chapitres supplémentaires et en essayant de trouver tout ce qu’il y a à trouver, on peut facilement atteindre les 30/40 heures. Mais ce n’est pas tout, chaque NG+ augmente la difficulté de base et le jeu est aussi pensé pour les joueurs hardcore qui souhaiteraient relever des défis de fou, comme du speedrun, ne jamais prendre des dégâts de piques, ne prendre aucun objet, craquer le jeu et le faire dans le désordre etc. A noter que la version Steam contient plus d’une centaine de succès. N’espérez pas avoir le trophée platine facilement, il est vraiment réserver aux passionnés.

Rabi-Ribi_20181016204331

Il y a aussi des modes annexxes comme le Boss Rush.

Histoire : -/+
On suit l’histoire d’Erina, une lapine qui se réveille un jour avec une apparence humaine, elle part à la recherche de sa maitresse, elle devra ensuite l’aider à recruter des personnes utilisant la magie afin d’enquêter sur un stèle menant dans un autre monde… Difficile de vraiment juger le scénario de ce jeu, on sent bien qu’avant tout, c’est juste un prétexte pour réunir plein de personnages moe et des références à foison, mais l’univers présenté et les quelques mystères de l’intrigue font qu’on a quand même envie de voir ce qu’il va se passer ensuite.

Rabi-Ribi_20181006225811

Recommandé pour :
Fan de Metroid-Vania
Fan de Bullet Hell
Fan de style retro
Fan de lapin

Les Metroid-Vania se font déjà rares de nos jours, mais en plus coupler à du Bullet Hell dans un style moe et façon rétro, on frise l’ovni vidéoludique. Mais Rabi-Ribi réussi à être au top sur tous ces aspects, ce qui en fait un jeu à la qualité insoupçonné, il se permet même d’innover en nous sortant des phases de gameplay originales et jamais vu lors de certains combats de boss. Franchement si vous êtes fan d’un des 2 genres du jeu ou s’il vous attire simplement visuellement, foncez, vous ne serez pas déçu.