Utawarerumono : Mask of Deception

Uta Deception PS4

Dev : Aquaplus/Sting
Edit : Atlus (US) / Deep Silver (EU)
Support : PS4/PS Vita
Loc : Textes anglais, Voix Japonaises

Note : Petit rappel sur la série, à l'origine le premier Utawarerumono est sorti sur PC en 2002 au Japon, c'était un Visual Novel avec des scènes Hentai couplé à un Tactical RPG. Suite à son succès il a été porté en 2006 sur PS2 dans une version soft (2009 sur PSP), accompagné d'une adaptation en animé la même année. Adaptation que je vous recommande fortement, disponible en DVD chez nous sous le titre "Le Chant des Rêves". La licence était prévus pour être une trilogie, mais les projets de suites furent repoussés et mis au placard pendant presque 10 ans, jusqu'au retour de la série en 2015 avec Mask of Deception. Bien que ça soit une suite directe, il n'est pas réellement nécessaire d'avoir connaissance du premier épisode pour en profiter, puisque les lieux et les personnages sont différents et le dernier épisode est prévu pour tout recoller la série.

Graph : +/-
Si vous avez joué à Tears to Tiara II, du même développeur, vous savez à peu près à quoi vous attendre, toutefois le jeu est quand même largement plus beau au niveau des modèles 3D et la gestion des éclairages. On reste malheureusement assez loin de standard de qualité, c'est propre mais c'est tout. L'autre point faible, vient des dialogues en Visual Novel, les artworks et CG sont de qualité, pas de souci, mais l'absence de vie des personnages est assez flagrante, pas de clin d'œil, pas de lèvres qui bougent, ni de respiration (on critique Compile Heart, mais finalement ils ont fait avancer les standards du genre), c'est encore plus flagrant si vous avez jouez à Nekopara, ne pas voir bouger ces oreilles et queues est un crime xD.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170816180833

Gameplay : +
Vous l'aurez compris il s'agit d'un Visual Novel avant tout, le très bon point à ce sujet, c'est que vous pouvez ouvrir un menu pour sauvegarder à tout moment, ce qui soulage beaucoup quand on sait qu'on peut atteindre six heures de textes entre deux batailles (un pic au milieu de l'histoire).

Du côté TRPG par contre, si vous vous attendiez à retrouver tout le génie du level design et de la difficulté de Tears to Tiara II, vous risquez d'être légèrement déçu car les batailles ont des cartes assez simplistes et le gameplay à été coupé à l'eau.

Première chose, les combats se déroulent au tour par tour selon la vitesse des personnages et non pas par équipe, ce qui change un peu pour un Tactical. Ensuite le principe c’est que chaque personnage possède plusieurs chaînes d’action possible selon sa position par rapport à sa cible (allié ou ennemi), représenté sous la forme d’une carte avec le nom de la chaîne. Ça s’appel des chaînes car cette action est constitué de plusieurs compétences qui s'enchaînent avec parfois des conditions de distance ou de coût. Bien sûr au début du jeu, vous n’aurez qu’une ou deux chaîne avec chacune très peu de compétence et ça s’étoffera au fil des niveaux gagnés.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828220829

La notion très importante lorsque vous attaquez, ce sont les coups critiques, ils ne sont pas aléatoires, c’est à vous de les provoquer via des commandes de réaction pendant les animations de combat. Elles sont symbolisées de deux façons différentes, soit par un cercle qui diminue et il faut appuyer sur croix lorsqu’il atteint son centre ou alors par une jauge en forme de cercle qui se remplie, il faut rester appuyer pendant ce temps et lâcher la touche au moment ou il est plein. Selon votre performance le coup critique sera plus ou moins puissant, cette méthode s’applique aussi pour les actions de défenses et de contre-attaque.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828221150

Des petites icônes indiques quelle type d'action sera nécessaire pour les critiques, ici ce sont des cercles qui se réduisent.

Une notion qui n’est pas très bien expliquée, mais qui peut s’avérer utile, c’est lorsque vous avez choisi votre chain skill, vous pouvez appuyer sur carré pour en voir le détail et ainsi évaluer les dégâts infligés par chaque compétence, mais surtout vous pouvez choisir à quel moment arrêter la chaine sur cette action, cela peut être utile pour économiser un éventuel coût en Zeal ou simplement garder l’attaque ultime pour plus tard.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828220843

Le Zeal est une sorte de jauge de furie qui se rempli au fil des attaques émises et reçu, certaine compétence nécessite un coût en Zeal pour pouvoir être utilisé, si vous ne faites pas attention et utilisez tout le temps la même chaîne avec un personnage, vous finirez par remarquer qu’il arrive rarement à avoir sa jauge pleine, contrairement à ses collèges. Avoir la jauge pleine fait entrer le personnage en phase d’éveil élémentaire, ce qui le rend plus puissant pendant trois tour. Le petit côté cheaté, c’est qu’au moment ou la jauge atteint 100%, le personnage gagne un tour d’action, même si c’était déjà son tour (donc 2 tours d’affilés), mais cela est aussi valable pour les ennemis, donc parfois, vaut mieux peut être ne pas trop blesser un ennemi en fait. Avec l’avancement vous débloquerez aussi une attaque ultime à utiliser pendant cette phase de boost, il s’agit simplement d’un coup beaucoup plus puissant à la fin d’une chaine, mais cela aura aussi comme effet d’interrompre la phase de puissance de votre personnage, en sachant que vous avez que 3 tours dans cet été, il faut vite réfléchir au meilleur moment pour attaquer.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828221202

Les attaques ultimes donnent lieu à une petite animation.

Et enfin n‘oublions pas la grosse particularité du jeu, comme sur Tears to Tiara II, vous pourrez à tout moment choisir de revenir en arrière dans les tours d’action afin de changer de stratégie ou simplement retenter les coups critiques d’une attaque ou d’une défense (et oui vu que ce n’est pas aléatoire, vous pouvez les retenter à l’infini). Mais du coup le jeu est relativement facile, même en difficulté hard, vu que vous ne pouvez pas perdre car il est toujours possible de revenir en arrière (dans la limite de 50 tours, mais en général ça suffit si vous ne laissez pas une situation dégénérée).

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828221258

En fin de bataille, chaque personnage participant reçoit des BP, ce sont des points que vous pouvez distribuer dans vos statistiques afin de les augmenter de façon permanente, il n’est pas possible de les remettre à zéro (j’ai choisi d’être équilibré et je m’en suis très bien sorti).

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170828221458

C’est peut être pas très flagrant après toutes ces explications, mais le gameplay es au final assez limité, par exemple, vous n’avez pas de système d’objet pour vous soigner ou autre, pas de système de point de magie pour les compétences (hors un éventuel coût en Zeal), pas de véritable système d’équipement (vous pouvez seulement équiper des parchemins qui vous donnent des capacités passives, certain personnages ont moins d’emplacement que d’autre, sans trop de justification) et globalement le choix de vos actions en combats reste assez limité. Toutefois le jeu arrive assez bien à maîtriser sa simplicité pour rester intéressant jusqu’au bout niveau gameplay (vous ne regarderez jamais une map avec un air dépité avant de la commencer en vous disant que ça va être impossible, par contre il faudra quand même rester concentrer jusqu’au bout pour la réussir).

Musiques : ++
Les différentes thèmes du jeu colle très à son ambiance un peu exotique, qui mélange Japon médiévale et culture d’Amérique du Sud façon un peu Inca.

Durée : +
Selon votre rythme de lecture et votre maîtrise du gameplay, l'histoire vous prendra environ cinquante heures pur être terminée, ce qui reste assez raisonnable pour un Visual Novel, voir court. Il y a toutefois des batailles post-game qui vous occuperont une quinzaine d'heures supplémentaires (et suffiront pour obtenir tous les trophées).

Histoire : ++
Comme expliqué au départ, pas besoin de connaître le premier épisode, le scénario est fait pour que le prenne depuis ici avec justement un héros amnésique dans un monde inconnu. Si vous avez vu l’anime de 2015, c’est exactement la même chose, donc avec les mêmes défauts, c'est-à-dire un début assez intéressant, puis une grosse stagnation avant un enchaînement d’événement dans tous les sens jusqu’à une fin un peu cliffhanger, disons-le.
Après, l’univers et les personnages mis en place est vraiment passionnant, beaucoup trop de questions sont soulevées et n’ont pas de réponse à la fin, ce qui donne vraiment envie d’en savoir plus.

Utawarerumono_ Mask of Deception_20170817172601

Il y a un peu de ça aussi.

Recommandé pour :
Fan d'hybride Visual Novel/TRPG
Fan de nekomimi

J’avais été complètement conquis par Tears to Tiara II qui avait plus ou moins été fait dans le même moule par les mêmes développeurs, mais là où TtT2 était un hybride mi-TRPG mi-Visual Novel, Uta est vraiment un visual novel avec option TRPG, ce qui peut être un peu décevant selon nos attentes, car le gameplay est un peu plus simpliste et l’histoire ne contient que 17 batailles. Toutefois Utawarerumono c’est un des univers les plus accrocheurs de la décennie dernière (quel otaku n’a jamais rêvé de se réveiller dans un monde avec des nekomimi partout ><) et pouvoir enfin prendre part à cette aventure de façon active est vraiment plaisant, malgré quelques défauts de scénario cet épisode réussi vraiment à nous mettre l’eau à l’eau pour le grand final de la trilogie, qui arrive chez nous cette semaine (chez moi aujourd’hui xD), j’ai vraiment hâte de voir ça !