Blue Reflection

Blue Reflection PS4

Dev : Gust
Edit : Koei-Tecmo
Support : PS4, Steam
Loc : Textes anglais, Voix japonaises

Graph : +
Dès son annonce, le jeu avait surpris avec ses graphismes d’une qualité rarement atteinte chez Gust, avec des personnages particulièrement soignés et des effets de lumières assez poussés, tout ça est véridique une fois en jeu, il est vraiment beau et les décors assez détaillés, autant l’école qui est assez crédible que l’autre monde est assez fourni (toutefois le bestiaire laisse un peu à désirer, en dehors des boss). Par contre on voit aussi que ça reste un jeu Gust, loin d’être parfait visuellement, notamment les éclairages qui bug un peu lorsqu’on se déplace (il y avait un peu le problème sur Firis aussi), mais le pire reste sans doute l’animation d’une rigidité sans nom, les personnages bougent toujours autant comme des robots (sans parler de la synchronisation labiale inexistante), par contre on a quand même des scènes, surtout les cinématiques qui sont en motion capture et d’un coup ça parait tout de suite mieux (les scènes contres les boss sont totalement folles niveau qualité, ça tranche vraiment avec le reste du jeu). Malgré leur côté assez cheap niveau animation, ils ont essayé d’être ingénieux au niveau des plans de caméra et des transitions pour cacher un peu tout ça, on sent au moins une volonté de bien faire. L’interface des combats est vraiment cool par contre avec une caméra qui tourne au tour des personnages pendant que l’on choisi ses attaques et le menu tout en transparence est aussi du plus bel effet, par contre la fluidité n’est pas encore totalement au rendez-vous avec régulièrement des ralentissements.

BLUE REFLECTION_20171020220359

BLUE REFLECTION_20170930132834

L'effet T-shirt mouillé, une grande nouveauté.

Gameplay : +
Il s’agit bel et bien d’un RPG tour par tour classique, on aurait effectivement pu penser que c’était une sorte d’ATB avec les premières images, mais le temps s’arrête à chaque tour, mais la présentation de la timeline au sommet de l’écran avec les alliés d’un côté et les ennemis de l’autres est assez original.

Lors de votre tour, vous remarquerez qu’il n’y a pas d’attaque de base, tout passe par des skills, vu que vous êtes soignés après chaque combat, vous pouvez allégrement spammer les skills à votre convenance dans chaque combat. Les skills offensifs ont des éléments originaux comme slash/pierce/impact/heart qui correspondent à des forces et faiblesses des ennemis, il faut aussi faire attention car la plupart ont aussi des effets secondaires, généralement retardé l’ennemi, mais ça peut être aussi l’inverse. Les skills défensifs sont de toutes sortent, mais à part les soins contre les boss vous en aurez rarement besoin.

BLUE REFLECTION_20171020220735

Il y a une faute, non ?

BLUE REFLECTION_20171020220801

Les fans d'Atelier reconnaîtront les symboles d'efficacité.

Une des originalités du jeu est la notion d’Ether, qui est une jauge qui se rempli qu’avec des conditions bien particulière comme l’utilisation de certains skills ou de mettre un personnage en défense. Cette jauge peu être utilisé par fragment pour lancer plusieurs compétences d’affiler, réduisant le coup des suivantes, ce qui servira surtout contre les boss, mais le véritable intérêt se débloquera au court du jeu lorsqu’on pourra déclencher une attaque ultime une fois la jauge à 100% et l’utilisation de 3 overdrive (enchaînement de compétence).

BLUE REFLECTION_20171020220835

L’Ether sert aussi pour appliquer divers bonus aux personnages en attendant que leurs tours arrivent, là aussi ce sont des options qui se débloquent au fil de l’histoire, par exemple nous avons le garde qui augmente la défense, l’accélération de la timeline pour avoir son tour plus vite, le soin de groupe etc.

Lors des combats contre les boss, le gameplay reste globalement identique mais une petite particularité s’ajoute, c’est la présence d’allié. En effet vous aurez toujours que les trois même personnages jouables au fil du jeu, mais toutes celles qui deviendront votre amie dans le scénario pourront vous donner un coup de main pendant les combats contre les boss, leurs actions vous rapporteront surtout des bonus d’ether, leurs attaques sont plutôt inefficaces mais leurs soutiens sont très utiles (soins, boost de stat…), donc il faut bien réfléchir au moment des les utiliser pour bien maximiser la jauge d’ether, pour cela il suffit d’appuyer sur la touche qui leur est attribuer après une action si leur icône apparaît.

BLUE REFLECTION_20171008175707

"Finish him!"

A force d’explorer le monde parallèle ou se déroulent les combats vous allez accumuler pas mal de butin, ceux-ci ont 2 utilités, la première est de fabriquer d’autres objets qui vous octroieront des bonus avant un combat (pas d’objet pendant les combats) ou alors qui serviront pour la deuxième utilité des loots, améliorer vos fragments. Les fragments ce sont des morceaux d’émotions qui vous obtenez au court de l’histoire et des événements secondaires qui ont pour but d’être équipé dans des slots de vos skills afin de les modifier (les rendre plus puissant ou avec des effets supplémentaires), en améliorant les fragments vous renforcez ces effets, ce qui peut rendre des skills vraiment très utiles (attaque de zone qui retarde les ennemis, soins qui boost les stats…).

BLUE REFLECTION_20171020220117

BLUE REFLECTION_20171020220228

Au niveau de la personnalisation de vos personnages, il n’y a pas d’équipement à proprement parler, seuls les fragments peuvent être attribués à des skills pour les renforcer comme je viens de vous expliquer. Le seul moyen de rendre vraiment unique votre partie vient des level up, à chaque niveau vous obtenez un point de compétence à attribuer dans une des 4 caractéristiques Attaque/Défense/Technique/Support et selon le niveau de ses caractéristique vous obtiendrez de nouvelles compétences (attention, vous ne gagnerez pas assez de niveau pour apprendre toutes les compétences sur le long terme). Quant aux niveaux, vous ne gagnez pas d’expérience au fil des combats, c’est simplement à certain moment précis que vous obtenez des points (donc oui, sauf pour les loots, les combats ne servent à rien).

BLUE REFLECTION_20171020221721

En dehors des combats, le gros du jeu consiste à interagir avec les autres personnages lors de dialogue ou grâce à votre téléphone portable. Celui-ci a de multiple fonction : Table chat est une application de messagerie, vous recevrez régulièrement des messages de vos amies et pourrez lire les réponses en direct ou utilisez un sujet de conversation que vous aurez préalablement « ramassé » pour lancer une nouvelle discussion (pas de réelle interaction à la Steins;Gate) ; Jukebox est la galerie audio du jeu ; Ako’s Journal est un blog qui vous lire ; Dark Cave est une sorte de mini-jeu Tamagochi pour vous faire perdre du temps entre deux explorations ; l’ourson est un autre blog pour trouver une peluche cacher dans le décor de l’école (pourquoi ce n’est pas interactif, cela m’échappe) ; et les options vous permettent juste de changer l’écran de fond.

BLUE REFLECTION_20171020221522

BLUE REFLECTION_20171012222324

Au final le jeu est quand même très facile, je vous recommande fortement de jouer directement en hard sinon vous risquez de mourir d'ennui assez rapidement, surtout si vous n’êtes pas trop fan de toutes les phases de discussions. Bien que le gameplay soit plutôt complet dans ce qu’il fait, il manque quand même un petit quelque chose au jeu, je ne serais vraiment trop dire quoi, peut être plus d’interaction entre les personnages, comme par exemple choisir les supports qui nous accompagneront lors des explorations et faire en sortent qu’ils aient une utilité pour tous les combats, pas juste les boss.

Musique : ++
Comme tout jeu Gust les musiques sont d’une grande qualité, avec une ambiance et des sonorités bien différentes de leurs habitudes récentes (une ambiance assez moderne qui fait bien ressortir les côtés quotidien et connecté du jeu), ce qui est très agréable. Je regrette beaucoup par contre, que pas mal de scènes n‘ont pas de musique de fond, je comprends très bien que c’est pour donner un côté réaliste notamment aux scènes sérieuses, mais quand on joue à un jeu Gust on veut de la bonne musique à tout moment. Est-il nécessaires de préciser que les thèmes des boss sont particulièrement réussis ?

Durée : +
J’ai vu plusieurs tests/guides donner le jeu en 30 heures, mais j’imagine que c’est en ligne droite en ignorant la plupart des missions et des liens entre les personnages, car il m’a fallu une cinquantaine d’heure pour le terminer en faisant tout ce qui est secondaire. Malheureusement il n’a pas vraiment de rejouabilité avec une seule fin et le mode difficile largement faisable dès le départ.

BLUE REFLECTION_20170930192230

Placement de produit ?

Histoire : ++
Le scénario est effectivement une sorte de Sailor Moon moderne dans une école pour fille, on sent aussi beaucoup d’inspiration aux thèmes très actuels dans les œuvres japonaises avec tout ce qui est désillusions et histoires sombres avec des magical girl (je ne dis pas que c’est le cas du scénario). Le côté école pour fille m’a l’air assez bien rendu aussi, les sujets abordés sont à la fois très classiques/basiques mais crédibles avec aussi des inspirations très actuelles (smartphone, activités etc.). Pour revenir au scénario principal, malgré qu’il soit relativement classique dans son déroulement, dès le départ on sent qu’il y a quelque chose d’étrange, mais ça va mettre beaucoup de temps à se développer pour donner des chapitres finaux assez émotionnels.

BLUE REFLECTION_20171020213431

Recommandé pour :
Fans de Gust

Avant de conclure, je tiens vraiment à interpeller tout le monde en signalant que le jeu est bourré de faute de frappe, à un point que ça m’a vraiment énervé en jouant (donc c’est pas juste 2-3 fois), il n’a clairement pas été relu, c’est inacceptable d’avoir une qualité de localisation aussi pauvre pour un titre aussi original et intéressant, j’ai bien essayé d'interpeller Koei-Tecmo plusieurs fois à ce sujet sur Twitter, mais pas eu de réaction, donc n’hésitez pas à en faire autant.

Deuxième tentative de Gust de faire un titre totalement original après Nights of Azure il y a deux ans et cette fois les avis semblent plutôt unanimement positifs. Pourtant le jeu est assez ambivalent, d’un côté on en aurait attendu plus de la part d’un RPG car par moment il a plus l’air d’un Visual Novel dans lequel on peut se promener en 3D, mais de l’autre côté il aurait clairement pu être encore plus bas de gamme, on sent vraiment une volonté de bien faire malgré un budget limité, la mise en scène des combats contre les boss est vraiment du jamais vu pour un jeu Gust. Après, oui bien sûr ils ont un peu noyé le poisson en proposant une grosse dose de fan service qui fait plaisir (je n’ai jamais autant fait de capture d’écran sur un jeu), mais le fait est que le scénario et le gameplay sont au rendez-vous derrière fait que l’on peut passer outre et que le jeu a véritablement une expérience à proposer et je le recommande à ceux qui sont attirés par son ambiance.

BLUE REFLECTION_20171015182410