Akiba’s Beat

Akiba Beat PS4

Dev : Acquire
Edit : Xseed Games (US) / PQube (EU)
Support : PS4/PS Vita
Loc : Textes anglais, Voix anglaises ou Japonaises

Note : Testé à partir de la version Vita, les screens sont tirés de cette version.
Ce n’est ni une suite, ni un spin-off d’Akiba’s Trip, les deux licences sont indépendantes, mais du même développeur.

Graph : -/+
Le jeu à plusieurs soucis niveau visuel, mais ce sont des problèmes bien distincts qu’il faut différencier. D’un point de vue technique, la modélisation des personnages laisse pas mal à désirer, ils ne sont pas très détaillés et assez grossiés, heureusement la caméra étant assez éloigné on ne se fixe pas trop sur ces imperfections. Autre soucis, présent que sur version Vita (je ne l’ai pas remarqué quand j’avais testé la démo jp PS4 en tout cas), l’affichage n’est pas assez fluide, lorsque vous tourner rapidement la caméra où lors de transition rapide vous verrez des sortes de lignes horizontales avec des pixels décalés, ça vient clairement d’un souci technique, c’est sans doute pour ça que la version Vita avait pas mal été repoussé au Japon (sorti quasi en même temps que chez nous).

Les autres soucis du jeu, sont plutôt du point de vu artistique, donc normalement on aime ou on n’aime pas, chacun ses gouts, mais là il y a peu de chance que vous aimiez. Car ils ont fait le choix de la cheapness avec par exemple tous les passants des rues réduis à de simples ombres colorées (il y a qu’une dizaine de PNJ avec un vrai design), il y aussi le coup des quartiers voisins qui sont tout bleu jusqu’à la limite de la zone où vous êtes, ça casse totalement l’immersion. On peut aussi noter l’absence de licence réelle pour les enseignes et références, mais ça on comprend que c’est une question de budget. Et enfin le chara design, bien que les personnages sont plutôt bon dans l’ensemble, c’est plutôt le style de l’artiste choisi qui n’est pas vraiment ce qu’on aurait aimé voir, mais il faut avouer que ça colle plutôt bien à l’ambiance voulu du jeu.

2017-08-25-144355

Citons quand même un bon point, à 2-3 moment nous avons droit à des cinématiques animés de très bonne qualité, ce qui fait toujours plaisir à voir.

Gameplay : +
Vous avez sans doute entendu dire que le gameplay était très proche des Tales of, mais à ce point là, c’est limite du plagiat. Il s’agit effectivement d’un Action-RPG avec déplacement linéaire face à un ennemi ciblé (L appuyé pour déplacement libre) et vous avez une touche pour des attaques simples et une autres avec des skills et tout ça change en fonction de l’orientation du joystick et vous êtes limités en nombre d’action par un compteur qui se rempli quand vous arrêtez d’attaquer un moment, donc oui c’est tout à fait le gameplay d’un Tales of Graces/Xillia par exemple. A noter que le jeu a prévu qu’on puisse facilement reconfigurer les touches, j’ai donc choisi de reprendre le gameplay des Tales of avec croix pour des attaques normales, rond pour les skills et carré pour se défendre, c’est tout de suite plus intuitif. Ils ont toutefois eu l'assez mauvaise idée d'attribuer un seul élément d'attaque par personnage (le héros c'est le feu par exemple), ce qui j'imagine est sensé nous forcer à changer l'équipe en fonction de la situation, surtout que les personnages non présent en combat ne gagne pas d'expérience, mais concrètement, il y a de grande que vous fassiez sans et jouiez avec seulement vos personnages préférés malgré les contraintes élémentaires.

2017-08-25-143819

Toutefois le joystick de la Vita est assez mal adapté à ces histoires d'orientation, avant et arrière sortent difficilement.

Bien sûr le jeu à sa propre particularité, il faut bien justifier son titre, via une jauge qui augmente au fil des coups émis et reçus. Une fois un pallier atteint, une pression longue sur croix quand une icône de casque audio apparaît permet d’entrer le « Imagine Mode », pendant lequel une chanson préalablement paramétrée va se lancer et vous aurez un boost de stat pendant ce temps là. Une fois la jauge rempli, c’est pareil, sauf que la chanson va durer beaucoup plus longtemps et pendant ce temps là vous aurez une jauge avec un % de rating qui influera vos dégâts et qui évolue en fonction des combos effectués ainsi que les étapes de la chanson (pic lors du refrain, diminue quand la fin approche par exemple). Très tard dans l’histoire vous débloquerez aussi les attaques ultimes qui sont faisables uniquement pendant ce mode (pallier ou final). En y regardant de plus prêt, vous verrez quelques similitudes avec les artes liés et mystiques de Tales of Xillia.

2017-08-25-144231

Vous pourrez vous faire accompagner dans les donjons par des PNJ qui vous donneront des effets bonus.

On retrouve le système d’objet automatique et de paramétrage des stratégies alliés assez proche de Xillia. Globalement le jeu est assez facile, si vous mettez un allié en mode healer vous aurez aucune peine à traverser tous les combats, juste contre les gros boss de la fin et du post-game qu’on peut ressentir les limites de l’IA qui n’arrive à pas à enchaîner les sorts de soin en boucle (et le fait qu’on ne puisse pas désactiver un sort allié est un peu pénalisant, ainsi que certains objets, notamment les soins de groupe, ne peuvent être paramétré en auto).

2017-08-25-143931

Un autre aspect un peu original du jeu, c’est l’équipement, d’un côté nous avons le classique chapeau/manteau/accessoire pour la défense, mais de l’autre, pour tout ce qui est offensif, ce sont des pièces de PC qui influent sur vos statistiques (carte mère=arme, ram=atk/mag, cpu=point action, hdd=nombre de musique), c’est assez marrant et ça change un peu, c’est juste dommage que l’obtention de nouvelle pièce soit un peu trop linéaire par chapitre.

2017-08-25-143855

Dernier élément vraiment original, c’est aussi de l’équipement, au cours du jeu vous pourrez achetez des packs de cartes à collectionner dans les magasins de la ville, vous pourrez ensuite en équiper 2 sur chaque personnage. Chaque carte à 2 effets, yin et yang ce qui correspond à un emplacement pour l’équiper, en choisissant bien vos cartes vous pourrez obtenir des effets très intéressant pour renforcer vos personnages. Vous pourrez aussi vous amusez à les collectionner, mais bon courages pour avoir toutes les SR/UR.

2017-08-25-143910

Concernant le rythme du jeu, il est un peu lent, en gros on va vous demander d’aller aux 4 coins de la ville voir des événements (heureusement on peut se téléporter entre les zones), les dialogues ne sont pas forcément très long, mais on en enchaîne beaucoup avant d’enfin pouvoir entrer dans un donjon. L’exploration de donjon est assez basique, ce sont des étages avec la carte dévoilée, il faut simplement arriver au bout, parfois avec de l’utilisation d’interrupteur, mais rien de bien compliqué.

Musiques : +
Sans pour autant être mémorable, les musiques collent vraiment bien aux différentes ambiances du jeu, principalement le côté « Beat », mais aussi les thèmes des donjons, celui au style gothique réussi vraiment son ambiance un peu glauque. Et il ne faut pas oublier de citer toutes les chansons présentes dans le jeu qu’on utilise en combat pour l’Imagine Mode, il devrait facilement y en avoir une à votre gout, à condition d’aimer la pop japonaise.
Il y a toutefois un petit souci sonore, c'est que le personnage qui vous sert de soutien, fera un commentaire devant chaque objet interactif du jeu (magasins, points de save, portes, ennemis...), ce qui finira par vous saouler assez rapidement, surtout au début avec Pinkun, heureusement on pourra changer en recrutant d'autres personnages, ce qui variera un peu les voix.

Durée : ++
Le jeu est très très, voir trop, long, au moins 60/70 heures pour terminer l’histoire en sachant qu’il vaut mieux faire tous les événements secondaires pour obtenir la vraie fin. Par la suite il vous propose encore du contenu post-game avec une arène et un donjon optionnel, si vous voulez le compléter à 100%, notamment les trophées, vous en aurez pour une centaine d’heures. A noter que sur Vita, le compteur d’heure ne se bloque pas quand on met pause, ou même avec la console en vieille, je me suis retrouvé avec plus de 20 heures de jeu dans le vent des les premiers jours (déduis de mon estimation ci-dessus).

Histoire : ++
Nous suivons l’histoire d’Asahi, un NEET d’Akihabara qui va être pris dans une boucle temporelle d’un dimanche qui se répète à l’infini à cause de l’apparition de « Désillusion » à travers la ville, que seuls quelques personnes peuvent voir, il va donc se retrouver à combattre malgré lui dans ces donjons suite avec sa rencontre avec Saki, une fille qui pensent être l’élue qui doit régler tout ça. Malgré quelques aspects sentant bon le déjà vu, le scénario est relativement agréable, à part sur le début où le côté « on reviendra demain car ça se répète de toute façon » devient assez vite lourd. Par la suite les choses évolues, on rencontre d’autres personnages, on croit que le scénario va être à base de « donjon du jour » (c'est-à-dire, nouveau chapitre, nouveau donjon, on le termine, chapitre suivant on recommence un autre), mais non, car souvent les événements vont se croiser au cours d’un chapitre et on ne terminera pas par explorer celui au quel on pensait. Malgré quelques révélations prévisibles, notamment sur la fin, l’histoire contient des retournements de situation plutôt intéressants et imprévisibles qui donne vraiment de la consistance aux personnages et de l’ampleur aux événements.

2017-08-25-144256

Recommander pour :
Fan d’Akihabara
Fan de Tales of-like
Joueurs patients

J’avais assez peu d’attente concernant ce jeu, la démo PS4 pour laquelle j’avais fait un aperçu ne m’avait pas spécialement convaincu de l’intérêt du titre. Mais je dois avouer qu’il a largement dépassé mes attentes, malgré son côté assez cheap, on sent qu’il a été fait avec amour et qu’ils ont vraiment apporté de l’attention à certain points comme l’histoire où le contenu post-game, ce qui montre vraiment que c’était un projet qui tenait à cœur aux développeurs. Ça reste malgré tout un jeu assez moyen/bon, je conseillerais d’ailleurs de plutôt s’orienter vers la version Vita que PS4 malgré des problèmes d’affichage, ainsi vous aurez l’impression de jouer à un Visual Novel qui propose des phases de déplacement en ville et des combats en donjon, si on le prends de ce point de vue, alors oui c’est plutôt une expérience intéressante.