Star Ocean : Integrity & Faithlessness

SO5

Dev : tri-Ace
Edit : Square-Enix
Support : PS4 (PS3 au Japon)
Loc : Textes Français, Voix Anglaises ou Japonaises

Note : Ma première expérience sur la série Star Ocean.
Même si ce n’est pas écrit officiellement dans le titre, il est souvent appeler Star Ocean 5.
Dans la chronologie de la série il se situe entre le 2 et le 3.

Graph : ++
Principal point positif du jeu, il est vachement beau, pour un JRPG qui ne se veut pas photo-réaliste comme un FF, il a des décors et des textures d’une qualité quasi irréprochable, quand on approche la caméra des habits des personnages on a vraiment sensation de voir du vrai tissu. On pourra éventuellement reprocher aux décors extérieurs d’être un peu vide en dehors de la présence des ennemis et on remarquera un léger clipping des éléments au sol comme l’herbe, sans doute pour nous rappeler que le jeu tourne aussi sur PS3 au Japon.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160708212151

Analysez un peu les décors, le sol, les personnages, les ennemis, c'est de bonne qualité.

Au niveau des personnages, ils sont aussi très beaux (ils ont un petit côté MMO Coréen dans leur style), malgré effectivement un petit souci de Direction Artistique sur les personnages féminins, leurs nez ne sont pas assez prononcés, ce qui donne parfois l’impression qu’elles n’en ont pas selon l’angle de la caméra et l’éclairage (ça se voit surtout sur les personnages les plus jeunes comme l’héroïne). A ce sujet vous remarquerez sans doute que le nom du chara design « akiman » est souvent rappeler, les illustrations étant assez classes c’est sympa de savoir qui les a faites, mais la chose intéressantes à savoir à propos de cet artiste c’est que c’est lui qui a fait les célèbres illustrations de Street Fighter 4 (personnages en mouvements avec espèces de tâches d’encre, même sans connaître vous les avez sans doute déjà vu).

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160818164224

Les illustrations sont cool.

Du point de vue technique, les personnages sont très bien animés aussi, lors des conversations par exemple, les différents interlocuteurs se suivent du regard, même si vous continuez à contrôler votre personnage. Mais ce niveau de détail est justement gâché par le fait que dans la plupart des dialogues vous restez libre de vos mouvements et de la caméra et bien souvent vous ne voyez rien de ce qui se passe, car le jeu ne prend pas la peine de recentrer la vision sur ce qu’il se passe, du coup vous laissez la caméra en arrière et ratez tout. On notera aussi l’absence cruelle de cinématique lors de passage clé et/où d’action, alors que ça aurait apporté un cachet supplémentaire au jeu, car bon, suivre une bataille spatiale via un écran avec des ronds et des traits qui clignotent c’est pas vraiment ce qu’il y a de plus excitant. De plus, les sous titres sont assez petit et en blanc, pas toujours facile à lire par moment.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160703223543

On peut aussi débloquer des emotes à faire dans son lors des dialogues.

Gameplay : -
Voici un des points qui fâchent, je rappel que je n’ai jamais joué à la série. Le système de combat est de l’action RPG dans des zones délimitées, un peu à la manière de Tales of Zestiria. Vous pouvez vous déplacez librement sur la zone et même si votre personnage s’approchera automatiquement de l’ennemi si vous décidez d’attaquer, les déplacements sont beaucoup plus fluides et naturels que dans un Tales of. Les attaques se répartissent sur les touches croix et rond, la différence entre les deux touches est que croix concerne les attaques légères et rond les attaques puissantes, car les combats reposent sur une sorte de shifumi, les coups légers empêche les coups puissants, qui eux brisent une garde et la garde annule les attaques légères (légère>puissante>garde>légère). Une pression simple de la touche entraînera un coup basique (voir deux selon le personnage, mais il n’y a pas réellement d'enchaînement), alors qu’une pression longue entraînera l’utilisation d’une compétence et selon si vous êtes proche ou éloigné d’un ennemi (c'est clairement écrit à l’écran), une compétence différente pourra être utilisé. Bien sûr, cela se paramètre en fonction de ce qu’a appris votre personnage, mais pour résumer ça vous donne un vaste choix de 4 actions possibles (6 avec les coups simples) en combat, ce qui est assez ridicule.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160818164243

Sur la fin de l'histoire, j'ai essayé de diversifier un peu mes compétences.

Bien que vous ne pouvez pas vraiment faire des enchaînements basiques, si vous arriverez à enchaîner des actions différentes, vous gagnerez un bonus d’interruption, qui augmente les dégâts infligés par tranche de 25% (125/150/175/200), en gros il faut donc pensez à utiliser des coups différents et essayer de sortir quelque chose de puissant quand on arrive au 200% de dommages, ça peut paraître intéressant, mais dans la pratique on finit vite par faire simplement un alternance de pression longue entre croix et rond de la compétence qu’on préfère. Le système de shifumi et les bonus d’interruption vous permettront plus tard de remplir (ou faire baisser en cas d’avantage ennemi sur vos attaques) une jauge de « Réserve de Vitesse », sous ce nom qui n’a aucun sens se cache en fait l’attaque ultime, que vous pouvez lancer des que la jauge atteint le premier palier, elle est divisée en 4 paliers qui correspondent simplement aux bonus supplémentaires d’exp/pc/or attribués en fin de combat (plus la jauge est remplie, plus vous gagnez, mais si vous l’utilisez elle retombe à zéro). Pour lancer cette attaque il suffit de faire R2 plus croix à tout moment en combat, en sachant que le bonus d’interruption est pris en compte, bien qu’elle soit assez puissante et utile il est rare de pouvoir l’utiliser contre un boss, car ils auront tendance à fracasser votre jauge vu qu’ils sont impassibles aux dégâts en général.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160716214637

Les combats deviennent rapidement une bouillie d'éffets visuels.

En plus de la gestion des équipements classiques et des compétences, chaque personnage peut avoir 4 rôles d'équipés, ce sont des équivalent aux titres des Tales of. Ces rôles, leurs donnent différents bonus (augmentation de stats par exemple), mais aussi altère leur IA, c’est d’ailleurs la seule manière de les faire se comporter comme vous le souhaitez, on a tendance à sous estimer l’utilisation de ces rôles, mais ils sont clairement quelque chose à surveiller de près. Ils se débloquent de plusieurs façon différentes (dialogues secondaires, trophées de combat, quêtes etc…), mais une des principales façons est simplement de les faire gagner de niveaux en les équipant ou en consommant des PC gagnés en fin de combat. Mais il faut clairement faire attention à ce qu’on équipe et éviter de mettre tout et n’importe quoi juste pour essayer d’en débloquer le maximum, car sinon vous vous retrouverez rapidement avec des alliés totalement à l’ouest plus très utile (déjà que l’IA de base n’est pas terrible).

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160728212653

Ne sous estimez pas l'effet des rôles sur vos personnages.

Voilà pour ce qui concerne le système de combat, mais vous n’avez peut être pas saisi son problème, c’est qu’il est terriblement mou et ennuyeux, vous passez votre temps à alterner croix et rond, même combattre des ennemis faibles devient pénible car vous ne pouvez même spammer des coups faibles. Pendant le fil de l’histoire encore, on ne ressent pas trop de lassitude, car il y a souvent du changement entre les personnages de l’équipe, les nouveaux rôles, les nouvelles compétences, il y a une sorte de renouvellement qui fait que malgré son gameplay mou on a le plaisir de la découvrir de nouvelles choses. C’est surtout dans le post-game que ça devient flagrant, les boss deviennent bien trop puissant avec des tonnes de PV et on est plus ou moins obligé de recourir a une méthode pour rendre un personnage invincible et après il suffit de spammer les 2 touches pendant de longues minutes, c’est totalement la mort du fun.

En dehors des combats, que propose le jeu ? Pas grand-chose, à part des tableaux de quêtes qui vous demandent principalement de faire des allers-retours pour battre des ennemis ou trouver des objets. Un personnage récurrent de la série, Welch, vous proposera aussi des quêtes secondaires qui vous serviront principalement à débloquer des fonctionnalités secondaires comme la création et la synthèse, ces fonctions vous seront assez utiles, mais il faudra supporter les sketches débile du personnage (non, franchement, c’est sensé être marrant ses monologues ?). Il existe différentes types de combinaison pour créer la plupart des objets du jeu (système classique de recette), à l’opposé la synthèse consiste à mettre des objets ensembles pour en créer un nouveau aléatoirement en fonction des propriétés des ingrédients (par exemple, que de la bouffe, créera de la bouffe, alors qu’un mélange de métaux pourra créer de l’équipement ou d’autres métaux). C’est original, mais totalement inutile sans guide et dans tous les cas vaut mieux sauvegarder avant de bidouiller. En plus des quêtes la seule autre chose que vous trouverez à faire, ce sont des donjons bonus qui apparaissent à différents endroits du jeu, pour tester votre force.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160712154716

Pour résumer, le jeu consiste principalement à faire des allers-retours un peu partout que ça soit pour l’histoire ou les quêtes, combattre des trucs (l’or et l’exp tombent en masse dans ce jeu), compléter l’encyclopédie, les trophées de combat (récompense in game, beaucoup plus accessible que dans les jeux précédents, sauf le dernier qui consiste à faire 1 million de coups, après 3 parties je n’étais même pas à 200 000…) et les synthèses. Vous allez me dire que c’est le cas de la plupart des jeux du genre, mais là c’est vraiment de manière totalement ennuyeuse sans aucun entrain.

Musiques : +
On retrouve le célèbre Motoi Sakuraba à la composition, le monsieur OST des Tales of entre autre. Et du coup on encore plus l’impression de jouer à un Tales of qui ne s’assume pas, certaines pistes sont bien trop similaire à ce qu’on aurait pu entendre dans cette autre série. Donc si vous aimez son style alors ça ira, mais pour ceux qui en ont un peu marre de ce genre ça passe moyen. A noter que les possesseurs de l’édition limitée de lancement, on droit à un DLC avec les musiques de combats des jeux Valyria Profile, ça permet de varier un peu les plaisirs. Par contre les combats sont une cacophonie horrible entre vos personnages qui crient de partout, les divers bruitages des compétences et parfois des dialogues par-dessus, vous avez intérêts à faire un tour dans les options pour changer tout ça.

Durée : -
Les virulentes critiques au sujet de la durée de vie du jeu étaient malheureusement justes, puisqu’une grosse vingtaine d’heure suffisent pour boucler l’histoire, personnellement j’ai pris le temps de finir toutes les quêtes secondaires avant de finir le jeu la première fois, il m’aura fallu que 33 heures. Le jeu possède ensuite un donjon post-game et pas mal de chose à compléter comme les synthèses et l’encyclopédie, mais la partie combat devient terriblement chiante à partir de ce moment et dans l’absolu une fois la soixantaine d’heure atteinte, vous aurez entièrement fait le tour du jeu. Mais si vous êtes chasseur de trophée, sachez qu’on vous demandera de le recommencer 2 fois en difficulté supérieur (attention, il y a pas de NG+, mais on garde l'encyclopédie), ce qui est assez inintéressant à faire, du coup on essayera de la finir le plus rapidement possible (une quinzaine d’heure en rushant bien comme il faut), mais malgré tout vous serez loin d’avoir terminé le dernier trophée de combat qui va sans doute vous demander de laisser tourner votre console en mode automatique pendant des heures et des heures.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160818163944

Si je tenais celui qui a eu l'idée de faire un trophée de combat aussi stupide...

Histoire : -/+
Le scénario démarre comme un RPG médiéval/fantastique classique où on suit deux amis d’enfance qui protègent leur village natal et seront ensuite impliqué dans les tensions inter-royaumes après avoir rencontré une jeune fille mystérieuse et c’est là que des éléments de science fiction vont doucement faire leur apparition alors que le monde n’est pas sensé être aussi développé. Si vous vous attendiez à un space-opéra, on en est bien loin, même si on a quand même droit à quelques scènes de baratin scientifique et de batailles spatiales très cheap. Ensuite le gros de l’aventure va être de se promener entre les 3 grandes villes du jeu (car une ville=un royaume xD) pour chercher ou protéger toujours le même personnage, ce qui devient lassant par moment. Le jeu a bien quelques idées, pas forcément originale, mais il les recycle plusieurs fois du coup au bout de 2/3 fois ça devient vite pénible (compte à rebours par exemple). Mais malgré tout, j’ai trouvé que l’aventure marchait plutôt bien dans son ensemble, sans doute portée par la qualité des doublages japonais, les pointes d’humour et les clins d’œil aux otakus qui font qu’on s’attache quand même aux personnages et ce qu’ils traversent.

STAR OCEAN_ Integrity and Faithlessness_20160705184142

Relia est doublée par Yui Ogura que j'adore (Rom dans Nep).

Recommander pour :
Fan de Star Ocean ?
Fan de Tales of-like ?
Casual gamer

Résumons les choses simplement, le jeu est à peu près potable pendant une trentaine d’heure, le temps de compléter l’histoire et d’éventuellement approfondir un peu son expérience. Donc si c’est ce que vous rechercher et que ça vous suffit, c’est une aventure que vous pouvez tenter, mais bien sûr dans ce cas il faut payer le jeu en conséquence, donc 60€ voir 40€ c’est encore bien trop chère. Par contre si vous êtes un joueur un peu plus hardcore, vous risquerez rapidement d’être déçu et de ne pas y trouver votre compte dans tous les cas. Encore plus si vous êtes un perfectionniste/chasseur de trophée, dans ce cas je vous conseil carrément d’éviter le jeu, car sur les 90/100 heures qu’il vous prendra, les deux tiers seront une purge, entre le gameplay ennuyeux et frustrant et des nouvelles parties inintéressantes.

Au final sentiments très mitigés sur ce Star Ocean, beaucoup trop beau pour le contenu qu’il propose, on a l’impression qu’il a été un peu bâcler vite fait, histoire de rassurer les fans qui pensaient la série morte suite au rachat de tri-Ace, mais il risque de faire plus de mal à la licence qu’autre chose (toutefois j’ai vu que les fans de la série, s’y retrouvaient quand même, malgré leurs avis négatifs). Je ne l’ai pas spécialement signaler plus haut, mais j’ai beaucoup gueulé en jouant à ce jeu (il y a toujours une part de mauvaise fois quand on crie en jouant, je vous l’accorde), mais sur certain point il y a une sensation d’amateurisme qui domine, comme si ça avait fait consciemment sans se rendre compte que c’était une très mauvaise idée (pourquoi nous obliger à toujours contrôler le héros pendant les phases de déplacement, alors qu’au début d’un combat le jeu met plusieurs secondes à nous renvoyer sur le personnage qu’on contrôlait précédemment, causant parfois des situations totalement débile comme fuir involontairement), c’est plutôt dérangeant, on se demande même s’ils ont vraiment tester leur jeu, quel que soit leur prochain projet ils ont intérêts à vraiment le peaufiner cette fois, car là tri-Ace ont clairement perdu en crédibilité.