The Awakened Fate Ultimatum

 Awakened Fate

Dev : NIS  
Edit : NISA
Support : PS3
Loc : Textes anglais, Voix japonaises ou Anglaises

Note : Le jeu fait suite à The Guided Fate Paradox (GFP par la suite), mais a un scénario indépendant, il n’est donc pas nécessaire d’avoir joué au premier pour en profiter.

Graph : +
Le jeu abandonne la 2D de son prédécesseur pour utiliser des modèles 3D en SD, dans le style de Sorcery Saga. Ce qui permet de corriger un gros défaut du premier, en donnant des environnements plus remplis et agréables à regarder, car vous avez toujours des murs en relief qui entour les pièces. Toutefois le personnage et les ennemis perdent ainsi énormément en charisme, ils sont bien réalisés, mais ne ressemblent à rien (monstres difformes sans inspiration). Au niveau des dialogues, les artworks sont redevenus statiques mais ont les yeux qui clignent, de nombreux CG viennent décorer les conversations, ce qui est agréable, mais ne sont pas toujours utilisés de manière judicieuse, souvent inutiles ou pseudo fan-service, il serait plus intelligent de les utiliser lors de certaines scènes qui décrivent une action pour éviter de se taper 3 boite de dialogues avec juste de la description. Par contre, ils ont cette fois eu la bonne idée d’inclure une galerie pour revoir les images à tout moment.

Gameplay : -
GFP nous avait surpris en remettant au gout du jour le genre du Donjon-RPG Roguelike avec en arrière le petit brin de folie typique de chez NIS, c'est-à-dire un système d’évolution poussé et des valeurs numériques qui dépassent les caps habituels. Hé bien dans AFU, vous mettez tout ça à la poubelle et vous revenez des plus basiques possibles, je préviens d’avance, si vous avez joué à GFP, vous allez être terriblement déçu !

Concrètement, au niveau de l’exploration, le jeu respect à peu prêt le genre Roguelike, c'est-à-dire des étages générés aléatoirement, des monstres qui se déplacent en même temps que vous, des pièges, des objets et équipement qui trainent partout, rien à redire à ce niveau. Vous déplacez consomme votre jauge d’action, il faut penser à la remplir régulièrement en mangeant soit une pommes ou tout ce qui traine parterre, sinon vous perdrez de la vie à chaque pas une fois la jauge à zéro. Bien sur si vous mourez, vous perdez tout votre équipement et objets dans votre sac comme d’habitude.
Pour les combats, la aussi c’est la base du genre, on peut faire un coup de base sur les cases adjacentes ou utiliser des skills en fonction de la jauge de SP qui vous reste et qui se recharge en vous déplacent. La grosse originalité du jeu c’est que vous pouvez vous transformer à tout moment en une forme angélique ou démoniaque par simple pression de L2 ou R2, la transformation ne coûte rien et prend pas de tour, donc si vous n’avez pas choisi la bonne forme vous pouvez rechanger tout de suite. Le but de ces transformations et de vous donnez un gros bonus de statistiques pour vaincre facilement les ennemis qui sont eux même séparés en 2 catégories, angélique ou démoniaque, il vous faudra donc utiliser la forme opposé pour être le plus efficace. Bien que la transformation ne coûte rien, chaque action effectuée pendant ce temps consommera des SP et si vous n’avez plus de SP, alors la transformation s’arrêtera, mais en général si vous n’utilisez pas trop de skills, vous en aurez largement suffisamment pour combattre chaque monstres que vous croiserez avec des simples attaques. Une jauge de résonance se rempli au fil des affrontements, une fois utilisée, elle vous permettra d’utiliser une transformation sans cout de SP, vous pourrez donc spammer les skills et aussi utiliser une attaque ultime surpuissante.
Pour l’équipement, vous n’avez plus que trois emplacements, une arme, un bouclier et un accessoire, ce ne sont plus eux qui vous donnent vos skills. Comme dans Sorcery Saga, vous pourrez les fusionner entre eux pour obtenir plus de puissance (arme +1, +2, +5, etc.) et y inclure des gemmes pour vaoir des effets bonus (principalement face à certain type d’ennemis).

Jusqu’à là, vous allez me dire, d’accord le jeu à régresser à un gameplay basique genre Sorcery Saga, mais en quoi est-ce mauvais ? J’y viens de suite.

Déjà, truc tout con, personne ne vous accompagne physiquement dans les donjons, les deux filles de la jaquette sont juste bonnes à vous dire que vous avez ramassez une pomme (alors que dans le scénario il y en a souvent une à vos côtés). Ce n’est pas très grave, mais dans un Roguelike classique, avoir un allié, à un petit côté rassurant, face aux dangers qui vous guette.

Ensuite, les connaisseurs on peut être remarqué quelque chose dont je n’ai pas encore parlé, le système de niveau. D’habitude, le genre veut qu’on soit ramené niveau 1 à chaque sortie de donjon, histoire que chaque étage soit bien un challenge. Hé bien là, non, vous gagnez des niveaux et les garder comme dans un RPG classique, chaque niveau gagné vous rapporte un cristal dans une espèce de spherier séparé en 2 parties, aile blanche et aile noire, ce qui correspond à vos transformations. Les cases que vous activez avec les cristaux, sont soit des skills, soit les bonus de stats de vos transformations (+2% attaque par exemple). Le problème de ce système, c’est que ça enlève tout l’intérêt du genre et rend la progression de votre personnage très linéaire, ainsi si vous êtes au bon niveau pour le donjon actuel, vous n’aurez aucun problème à tuer les ennemis en 2 coups, encaisser leurs attaques, supporter les effets des pièges, sans vous sentir en danger.

Surtout que, de base le jeu n’est pas bien difficile, si vous avez un minimum d’expérience dans le genre, vous pourrez facilement éviter de vous prendre des dégâts inutilement et dominez vos ennemis en un rien de temps avec vos transformations. L’autre point qui rend le jeu facile, c’est la quasi absence de boss, sur les 15 chapitres que compte l’histoire, il n’y en a environ qu’un sur 3 qui contient un boss, en général vous le sentez venir, du coup peu de stress lorsque vous approchez de la fin d’un donjon. Sans vouloir me vanter, j’ai enchainé tous les donjons de l’histoire d’affiler sans mourir et sans prendre le temps d’en refaire pour expé (sauf dans celui ou il y a le premier gros boss, que j’ai quitté en cours de route et recommencé pour être sur d’avoir un niveau adéquat) et franchement ça ne pose aucun problème, du moment que vous avez un bon équipement, peu de risque qu’ils vous arrivent quelque chose.

Pour ce qui est du Post-game, il est quasi inexistant, car seulement trois donjons sont rajoutés suites à des événements, respectivement de 15, 20 et 30 étages, une blague à comparer à GFP et sa torture en 200 étages (même Sorcery Saga avait un donjon de 256 étages…).

Musiques : +
Je pense qu’une grosse partie du petit budget du jeu a été utilisé pour faire revenir le groupe Yousei Teikoku, mais euh, elles sont où les supers chansons interprétées par leur chanteuse, qui nous donne l’impression de faire s’abattre le jugement dernier sur les démons comme dans GFP ? On a juste l’opening un peu dans ce genre, mais le reste des chansons sont d’une banalité. Concernant les pistes classiques, comme pour GFP ça fait plaisir de changer un peu par rapport aux Disgaea et cie, ils n’ont pas refait une piste horrible à l’orgue, mais au final les seules pistes qui marquent vraiment et qui mettant un peu de tension, sont issues directement de GFP…

Durée : -
Comme dit plus haut, l’histoire se compose de 15 chapitres avec chacun un donjon de 10 étages à explorer (sauf exceptions), comme le jeu n’est pas difficile on peut les enchainer d’une traite, ce qui fait une histoire qui se boucle en 25 heures, dont au final une grosse partie due aux dialogues. Faire un NG+ est nécessaire pour voir les choix différents du scénario, ce qui redonne un coup de durée de vie, bien qu’on aura tendance à torcher un peu. Le post-game est aux abonnés absents et ne vous occupera pas bien longtemps. Si vous comptez viser le trophée platine, il vous faudra entre 50 et 60 heures selon le temps qu’il vous faudra pour trouver les derniers objets qui vous manque (saleté de gemme qui m’a bouffé 5h).

Histoire : ++
Certainement le principal point positif du jeu, GFP nous plaçait dans un contexte plus sérieux qu’à l’accoutumé, mais ici on est carrément dans les faits sombres et tragiques (ça m’a même rappelé Nier par moment pour dire). Nous sommes Shin Kamikaze, un lycéen discret, sans ami ni famille, mais son existence va attirer les anges et les démons car il serait très compatible pour devenir dieu avec un certain cristal, malheureusement c’est les démons qui vont le trouver en premier et le tuer, mais une ange nommée Jupiel va le réussir à le récupérer et le ramener à Celestia ou il sera ressuscité par une démone nommée Araiel qui travail avec les anges pour créer le prochain dieu. Tout le scénario tourne autour de cette dualité de présence ange/démon ainsi que le poids des choix que le héros devras faire, puisque c’est un dieu, ses décisions changeront le destin de beaucoup de personne donc il faudra bien y réfléchir. En effet vous serez, régulièrement amenez à choisir entre 2 propositions lors d’événements, ce qui influera le scénario à court terme et l’esprit du héros sur tout le long du jeu, bien que cela ne changera pas réellement le déroulement de l’histoire. Et bien sur, comme on nous l’a toujours dit cela impliquera votre relation avec Jupiel et Araiel. Bien que le jeu n’invente niveau situation, chaque choix vaut le coup d’être vu (une Bad End se glisse même à un certain moment critique), les personnages secondaires sont assez classiques mais restent quand même sympathiques.
Pour ceux qui attendaient quelque chose des fameux caméos, je vous le spoil, c’est le post-game, c’est uniquement Haruhi et Shana pour un cours dialogue chacune, sans aucune utilité.

Recommandé pour :
Joueurs casual
Fan de scénario anges et démons

Il fut être clair, on nous avait prévenu que le jeu serait décevant, il l’est vraiment. Gameplay sans aucune consistance, contenue minimaliste, la comparaison avec son prédécesseurs GFP donne envie de pleurer. Après il y a moyen de relativiser tout ça, GFP n’a pas eu un gros succès commercial, du coup le budget de celui-ci n’était pas bien gros, ils ont pensé bien faire en coupant la difficulté et le gameplay compliqué, malheureusement ce n’était pas une bonne idée. Mais si vous n’avez jamais joué à un rogue-like, ça peut être une bonne mise en bouche du genre, si vous n’avez pas beaucoup de temps pour jouer mais voulez quand même vivre une bonne histoire, ça peut aussi être un bon choix, ou bien dans l’objectif de jouer à GFP après. Mais dans tous les cas, à condition de payer le jeu pas très chère genre 20€, car franchement, à moins d’être chasseur de platine, il n’en vaut guère plus.