The Witch and the Hundred Knight

81aQf59vLjL

Dev : NIS
Edit : NISA
Support : PS3
Loc : Textes en anglais et voix Anglaises ou Japonaises

Note : Le jeu souffre d'un gros problème de stabilité et aucune nouvelle concernant un patch n'a émané de NISA pour le moment, j'éditerais ce message s'il y en ai un jour. J'ai eu de nombreux freezes lors de mes premières sessions de jeux, quand j'essayais de jouer à fond, ce qui m'a fait mettre le jeu en pause, mais après l'avoir repris, j'en ai eu qu'un seul, alors voici mes conseils pour éviter les soucis :
-Évitez d'explorer les niveaux d'un seul coup, au minimum sortez au dernier pilier avant le boss pour sauvegarder.
-Pour les donjons plus longs, faites d'abords l'exploration, quittez/sauvegardez, puis les événements, globalement évitez de rester plus de 30/45 minutes sans sauvegarder.
-Lors de l'écran de résultat attendez que le total d'expérience s'affiche avant d'appuyer sur une touche pour passer, un freeze à ce moment là est pire que tout.
Normalement, si vous respectez ça, soit vous n'aurez pas trop de bug, soit ils n'auront pas de grave conséquences.

Graph : -/+
C’est assez moyen, d’un coté on a des environnements en 3D d’un peu meilleure qualité que dans les Disgaea, avec une caméra vue du dessus façon Diablo pour le style. Mais cette dernière ne peut pas vraiment être ajustée au joystick, on se retrouve donc souvent avec des décors qui cachent la vision dans le feu de l’action car c’est trop pénible de faire faire un tour complet à la caméra. Et de l’autre coté, on à des personnages modélisés en 3D qui sont franchement moche (sauf le Hundred Knight et la plupart des petits mobs), on dirait des personnages issus d’un jeu PS2 qui ont été lissés pour être propre et le comble, c’est que la plupart sont des sorcières avec de grand chapeau qui cachent entièrement leur corps vu l’emplacement de la caméra. Au final on profite vraiment plus des dialogues lors qu’ils sont affiché en style visual novel, au moins on a de beaux artworks. De plus, régulièrement des scènes se déroulent sans qu’elles ne soient représentées en 3D ou part les artworks faute de savoir comment s’y prendre, du coup on a juste une bulle de texte avec des bruitages bidons qui nous explique ce qu’il se passe, c’est dans ces moments là qu’on regrette que NIS mettent jamais de CG lors d’événements au cours du jeu.

Gameplay : +
Nous sommes donc face à un Action-RPG vu du dessus faisant un peu penser à du Diablo sans qu’on puisse vraiment le qualifier de Hack’n Slash je pense. On contrôle une petite créature nommé Hundred Knight et défouraille tout ce qui bouge en explorant une zone. Le jeu est assez technique car il y a plein d’élément à prendre en compte et à se servir, tout débords, nous avons une jauge de Gigacalorie à surveiller, qu’on pourrait plus au moins comparer à de l’endurance, la plupart des actions font descendre cette jauge qui du coup est en perpétuelle déplétion, par exemple le simple fait de parcourir une zone inexplorée consommera des calories pour que la map soit découverte ou lors que vous perdez des HP ils vont remonter tout seul, mais ça consommera aussi des calories, etc… Les combats se déroule classiquement en attaquant avec la touche carré, vous pouvez équiper jusqu’à 5 armes (il en existe 5 types : épée, bâton magique, marteau, lance et vouge) qui peuvent avoir 3 attributs différents (slash, blunt et magic) plus au moins efficace face a certain type d’ennemis, ces 5 armes seront donc vos combos carré. Vos armes gagneront des niveaux à force d’être utiliser, ces niveaux seront limité en fonction de la rareté de l’arme un peu à la manière de Disgaea (commune 10lvl, rare 30lvl, épic 50lvl, légendaire 99lvl). Il existe aussi une attaque plus puissante avec la touche triangle qui consomme une petite jauge d’AP, mais elles sont franchement inutiles. Les objets s’utilisent avec la touche L2 qui affiche un menu en cercle ou il choisir l’objet souhaité, ce menu ne s’affichera qui si votre personnage n’est pas en pleine action et choisir le bon objet quand on est pressé est pas toujours facile. Sur la touche R2 se trouve un autre menu en rond qui contient une des particularités du jeu, il s’agit des Tochka, ce sont en fait des petites unités que le peu invoquer pour nous aider qui peuvent prendre différente forme, comme un mini soldat, une tourelle magique ou un shuriken par exemple, leur utilité est principalement à nous aider contre les boss ou pour l’exploration des niveaux. Parlons des boss justement, ce sont donc des gros ennemis se trouvant à chaque fin de map, leur barre de vie s’affiche en bas de l’écran comme souvent dans le genre de jeu amis avec une deuxième jauge en dessous qui est celle de garde, elle bouge en permanence mais diminue principalement lors qu’il s’apprête à lancer une attaque, c’est à ce moment la qu’il faut frapper, globalement les boss sont soit très facile, soit très chiant, il faut trouver la bonne méthode et anticipé énormément car les déplacements et esquives de notre personnage sont assez lente à se déclencher ce qui fait pas mal rager des que la difficulté augmente, car on spam une touche mais il ne réagi pas assez vite. Il existe quand même une petite chose pour facilité les combats contre les boss, il s’agit de la révélation physique, en appuyant sur L1+Triangle votre personnage déclenchera un gros boost qui dur indéfiniment mais qui descend vos calories à vive allure.
Pour recharger vos calories, plusieurs moyen existe, soit vous manger un objet prévu pour, mais ils sont très rare donc vaut mieux les garder pour les urgences, soit vous pouvez dévorer les mobs lorsque leur vie est inférieur à 10% (un curseur vous l’indique sur leur vie), on vous vend ça comme une super méthode, mais globalement ça sert rien pendant les ¾ du jeu, car les petits ennemis ne rapportent presque pas de calorie et vous remplissent l’estomac de déchets (la ou vous stockez les objets ramasser en cours d’exploration), mais tard ça peut être une bonne solution de secours avec les gros mobs quand même. Au final, la seule bonne solution c’est d’utiliser vos Grade Points lorsque vous atteigniez un pilier, explication : A force de combattre lorsque explorer, 2 jauges augmentent, la première est une jauge de bonus comme dans Disgaea qui vous servira à obtenir des récompenses à la fin de la bataille en fonction des pallier atteint, la deuxième vous permet d’obtenir des Grade Points à chaque fois qu’elle se remplit, ces GP pourront être utiliser sur les divers checkpoints d’une map appeler Pilier, avec vos GP vous pourrez monter temporairement un de vos stats, restaurer vos Calories ou augmenter votre jauge de bonus. Ces piliers vous permettent aussi de rentre à votre base, notamment pour aller sauvegarder, chose très importants à cause des nombreux soucis techniques que possède le jeu (voir ma Note en début de test).

Musiques : ++
Tenpei Sato, la compositrice attitré des Disgaea signe cette OST, et ça fait fort plaisir d’entendre toutes ces compositions nouvelles mais dont le style est vraiment familier pour les connaisseurs

Durée : +
L’histoire est assez longue à boucler, il vous faudra une cinquantaine d’heure pour finir une première fois, mais il existe trois fins différentes à obtenir qui peuvent se faire sur la même partie si vous avez gardé une sauvegarde au début du chapitre 11. La fin la plus poussée vous offrira deux chapitres supplémentaires ce qui donne une soixantaine d’heure au total et vous aurez normalement aussi acquis le trophée platine car quasiment tous les trophées s’obtiennent en suivant le scénario. Il n’y a pas de contenu post-game, un poil déçu surtout que certaines idées de trophées étaient plutôt évidente (toutes les map à 100%, tous les coffres...).

Histoire : ++
Le gros point positif du jeu, son histoire et son univers, certain disent qu’on joue du coté des méchants, c’est faux, Metalica (ou je mets le « c », na !) n’est pas plus méchante que Laharl à titre d’exemple. Mais l’univers est bien plus sombre et sanglant qu’il n’y parait, le jeu m’a même fait repenser à Nier pour dire, car les liens entres les personnages se font et défont à tout va, il est assez imprévisible de savoir ou va nous mener le scénario.

Recommandé pour :
Fan des jeux NIS

Au final, typiquement le genre de jeu qui paraissent cool au début mais dont le gameplay montrera rapidement ses limites une fois que la difficulté se corse vraiment, même si on met de coté les problèmes techniques du jeu, il est difficile de le conseiller au néophyte du genre. Toutefois pour les fans des jeux NIS, rien que pour son univers et ses personnages il vaut vraiment le détour.