Dragon's Crown

81yBg3AJk6L

Dev : Vanillaware
Edit : Atlus, distribué en Europe par NISA
Support : PS3 / PS Vita (cross-save)
Loc : Tout anglais, possibilité de mettre des voix jap aux personnages édités

Note : Test effectué à partir de la version Vita.

Graph : ++
C’est magnifique, que dire de plus ? Pour ceux qui ne connaissent pas Vanillaware, ce sont des spécialistes des jeux modernes en 2D, mais de la 2D de qualité. Les environnements se décomposent en plusieurs artworks, déjà beaux de base, mais en plus affiche un gros niveau de détail, de profondeur et même d’animation, ce n’est pas juste un joli dessin, on sent que c’est vivant. Les personnages eux aussi sont parfaitement réalisé et animé, les courbes des filles continueront de faire couler pas mal d’encre pendant un moment. Le jeu possède en plus une grosse galerie d’artworks à débloquer, ce qui a été ma principale motivation à prendre le titre. On notera quand même que lors des phases de gameplay qu’il est parfait difficile de lire l’action à l’écran, de retrouver son personnage au milieu des multitudes d’effets affichés, même si la dernière mise à jour du jeu apporte quelques aides pour nous y retrouver et que la taille de l’écran Vita ne doit pas beaucoup aider.

Gameplay : ++
Le jeu est donc un action-RPG façon Beat’em All 2D d’antan, 6 classes sont jouables qu’on pourrait répartir en 3 catégories : les bourrins corps à corps (Fighter, Amazone, Nain), les magiciens (Sorcier, Sorcière) et l’archère (l’Elfe donc). Mais chacune ont bien leurs particularités qui les différencies, par exemple le Fighter a un bouclier qui lui permet de tanker un peu, contrairement à l’Amazone qui sera la pour faire un max de dégât, le nain lui sera plus polyvalent avec son aptitude à attraper des ennemis ou des objets pour les lancer. Pour les magiciens, la sorcière pourra invoquer plusieurs squelettes en plus de ces sorts alors que le sorcier pourra lui invoquer un seul golem de bois, mais qu’il pourra renforcer plusieurs fois, mais ils devront tous les deux faire attention à la gestion des MP qui sont une ressources à recharger en restant appuyer sur carré qui sort à envoyer des magies, choses que les corps à corps n’ont pas. L’elfe quant à elle, utilise un arc et est très agile, mais il faudra faire attention à son stock de flèche qui est plutôt limité.
Au fil des niveaux et des quêtes remplies on gagne des skill points, qui vont servir à améliorer notre personnage en apprenant des nouvelles capacités puis en les renforçant, malheureusement leur quantité est limitée, donc il faut bien réfléchir à la construction du personnage et comment l’orienté, tard dans le jeu on aura quand même la possibilité de reprendre à zéro.
Le jeu est divisé en 3 paliers (4 depuis la dernière mise à jour), le mode normal qui est l’histoire de base, notre niveau s’arrête à 35, une fois le jeu fini, le personnage passe en mode hard et les niveaux se débloquent jusqu'à 65 et on doit refaire la deuxième partie de l’histoire. Puis c’est le mode Inferno jusqu'à 99 et enfin le mode Ultimate qui passe tout le monde lvl 255 et amène un donjon aléatoire/infini pour s’entrainer.

Musique : +
De très bonne qualité, mais ce sont principalement des musiques d’ambiance donc difficile de les rendre mémorables, le thème de victoire est assez agréable à attendre. Une des particularités du jeu, c’est que tout le long c’est uniquement un narrateur (en anglais donc) qui parlera lors des scènes de l’histoire et des indices d’exploration, il n’y a pas de vrai dialogue.

Durée : ++
Il faut environ 20 heures pour finir l’histoire une première fois en normal. Ensuite soit vous continuez en hard, soit vous prenez un autre personnage, en rushant l’histoire vous prendra que 8 heures, ce qui nous fait environ 60 heures pour terminer une fois en Normal avec tout le monde. Ensuite environ 20 heures pour le mode Hard puis en Inferno aussi ce qui fait une platine à 100 heures pile. Mais avec le mode Ultimate de la dernière mise à jour et si vous souhaitez monter tous les personnages alors là vous en aurez pour bien des jours.

Histoire : ++
Plus que le scénario qui est assez banal pour une histoire d’héroïque-fantaisie du genre (un nouvel aventurier, une guilde, des missions pour le château, des machinations…) c’est l’univers développer dans le background du jeu, notamment les quêtes, qu’il est bon de récompenser. Il revisite pas mal de contes et légendes d’occident et du moyen orient, de la mythologie Grecque, aux Mille et une nuit en passant par le Killer Rabbit des Monthy Python. Pour un jeu japonais, vous serez plutôt dans un univers bien connu.

Recommandé pour :
Fan de Vanilaware
Fan d’Action-RPG/Beat’em All 2D
Collectionneur de CG

 

Et voilà pour le dernier jeu de 2013 qu’il me restait à finir. Le jeu est entièrement faisable tout seul, même s’il est plutôt accès multi-joueur local ou en ligne. D’ailleurs certaines classes sont plutôt orientées dans ce sens, personnellement j'ai utilisé l'elfe qui est assez sympathique mais technique. Malgré ces allures de petit jeu, Dragon’s Crown est un chef d’œuvre visuel qui envoi du lourd, donc mangez-en.