Atelier Ayesha : The Alchemist of Dusk

81CQDy1FG6L

Dev : Gust
Edit : Koei-Tecmo (mais c’est NISA qu’il faut remercier)
Support : PS3
Loc : Tout anglais (mais trophées en Japonais XD)

Note sur le doublage : après le cafouillage de Koei-Tecmo, on doit se taper les voix anglaises uniquement, la première impression est plutôt bonne (certain doubleurs entendu dans Tales of Graces f par exemple) et le gros du jeu acceptable (vu que pas grand-chose est doublé au final), mais une voix est assez mauvaise et c’est celle d’Ayesha, donc celle qu’on entends le plus, sa voix n’est pas mignonne est fait plus cruche qu’autre chose (les « kyaa » font tellement texte lu sans conviction…), bref je vous conseil de diminuer d’un bon quart le son des voix dans les options pour qu’elles restent compréhensibles mais diluées dans les musiques.

Graph : +/++ (pour les habitués)
Bien que le tout est assez proche de se qu’on a pu voir dans Meruru, il y a quand même des efforts à saluer. Fini les conversations façon visual novel, toutes les scènes du jeu sont en événement 3D normaux (mais on voit rapidement les limites de la palette de mouvements des personnages). Les villes sont plus nombreuses et toutes offre de bons panoramas ainsi que des décors vivant avec des PNJ qui se ballade (malgré qu’ils aient un peu de mal à charger en arrivant dans une zone). Et les personnages/ennemis sont toujours aussi bien modélisé avec beaucoup de détail et peu d’alliasing (comparé a NepV par exemple).

Gameplay : ++
Beaucoup de changement autant en alchimie qu’en combat.
Pour l’alchimie, il n’a pas été simplifié contrairement à ce que la plupart des incompétents disent, mais modifié, au lieu de simplement se limité au choix des ingrédients, vous devrez aussi veillez à l’ordre ou vous les ajouter et utiliser des capacités, que vous débloqué au fil des niveaux d’alchimie, aux bons moments pour obtenir une synthèse de qualité et avec les effets que vous souhaitez (si vous n’avez pas besoin de tout ça, un mode aléatoire le fait à votre place) donc un peu de patience et de réflexion est nécessaire lorsqu’on veut un résultat bien précis (surtout que le jeu ne donne pas d’explications très clair hors notes). Le seul coté simple, c’est qu’en général en une synthèse d’un jour, vous fabriquez un lot d’objet plutôt qu’une seule unité, ce qui a mon avis justifie un peu le fait que le jeu ne dur que 3ans.

Pour les combats, le système est quasi identique à Meruru sauf qu’une notion de déplacement à été ajouté. En gros, lors d’un combat normal avec attaque préventive, vous aurez vos 3 personnages alignés comme d’habitude et vous pourrez effectuer un soutien Back Attack, on votre personnage contournera l’ennemi pour l’attaquer de dos, vous aurez ainsi encerclé l’ennemi et les attaques que vous lui infligerez dans le dos seront dévastatrices. Vous pouvez aussi vous déplacer pendant votre tour, mais il faut bien réfléchir car cela influx sur les soutiens, en général contre un boss il vaudra mieux garder tous les personnages séparés. C’est un ajout assez basique, mais qui redynamise encore une bonne fois le système de combat, je regrette juste la disparition de la commande défense (WTF quand même).

A coté de ça, vos quêtes et actions vous rapportent des points de mémoire que vous utiliserez pour écrire les souvenirs des événements importants vécu dans le jeu, ce qui vous rapportera divers bonus, mais c’est bien moins inspiré que la construction de bâtiments dans Meruru.

Musique : ++
S’il y a bien un point qui ne décevra jamais dans un Atelier je crois que c’est bien l’OST qui est vraiment génial. La plupart des thèmes sont agréables et ceux des combats sont juste excellents et changent souvent selon les lieux ou le déroulement du combat contre les boss.

Durée : ++
Seulement une trentaine d’heure vous suffiront à boucler l’histoire une première fois en essayant d’en faire le plus possible. Faire un NG+ semble être indispensable pour bien profiter du jeu à fond et obtenir les 10 fins (des choix lors du dernier event vous permettront plus facilement de choisir la fin à voir). Donc en gros, il vous faudra 80h pour tout voir et tout obtenir.

Histoire : ++
Nouveau monde, nouveaux personnages. Ici nous suivons Ayesha, une jeune apothicaire vivant seule dans son atelier depuis la disparition de sa sœur deux ans plus tôt. Un jour alors qu’elle se rend la ou sa sœur a disparu elle aperçoit une apparition de celle-ci, un vieux alchimiste qui passait par ici lui explique alors que sa sœur est certainement vivante quelque part et que seul l’alchimie pourra lui permettre de répondre à ses questions, elle va donc entreprendre un voyage afin d’étendre ses connaissances et apprendre l’alchimie. Au final la trame principale est mois sensationnelle et dramatique que ce qu’on voulait nous faire croire avant la sortie du jeu, la preuve il n’y a pas de bad end. Mais, sa force réside surtout dans la multitude de personnage rencontrer et l’originalité des lieux visités (mais il manque clairement un garçon dans les personnages jouables).

Recommandé pour :
Les fans d’Atelier, malgré les changements on reste à fond dans l’esprit Atelier
Les personnes qui voudraient tenter l’expérience Atelier
Et toujours, les fans de filles kawaii et d’alchimie


Une fois digéré l’absence de voix jap, on se retrouve quand même devant un jeu bien sympathique, je pense qu’il n’y a aucun raison de s’en privé autant pour les fans que pour ceux qui veulent tester la série, car si il vous plait, vous adorerez les précédents (Totori et Meruru entre autre). Et du coup je suis impatient que la suite sorte chez nous (Atelier Escha & Logy, récemment annoncé au Japon).